Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous

Pole Dance Marseille est la 2ème école de pole dance à avoir été créée en France et de par ce fait la 1ère du sud de la France, depuis 2008 !
C'est un lieu unique et chaleureux pour vous sculpter un corps de rêve !

Sa notoriété parle d'elle même, suivez nos nombreux articles et émissions : http://www.poledancemarseille.com/on-parle-de-nous/

 

La pole dance, l'essayer c'est l'adopter !

France G. assiste en 2006, à une démonstration de danse autour d’une barre dans une boîte de nuits. Peu attirée par les atours et performances des danseuses, la jeune femme entrevoit néanmoins dans cet agrès, des possibilités infinies.

La marseillaise part dans de nombreuses recherches et repère une discipline s’appelant la Pole Dance. Elle découvre une activité physique unissant danse et acrobatie. Et décide de s’inscrire à des stages pour tester ses capacités et les possibilités d’épanouissement à travers cet apprentissage. C’est une véritable révélation, une passion est née. La sportive accomplie y voit l’opportunité de se dépenser avec légèreté tout en s’amusant.
Elle fait l’acquisition d’une barre XPole et s’entraine à de nouveaux mouvements et enchainements, à partir de vidéos diffusées sur internet, qu’elle tente de copier. Elle réalise cependant rapidement que l’auto-apprentissage comprend des limites et surtout des risques pour cette discipline autant technique qu’acrobatique.

En 2007, elle décide de prendre des cours auprès de Keem M, qui deviendra le champion de France et champion du Monde, quelques années plus tard. Il lui conseille de faire ses valises et de partir pour plusieurs semaines à Londres, où elle fait plusieurs stages en cours privés chez PolePeople, une académie de pole dance du Royaume Uni. Dans cette école, l’accent est mis sur la grâce et la légèreté des mouvements associés à la performance sportive. Elle y fait ses armes et acquière une très bonne formation professionnelle.

De retour à Marseille, elle met en pratique ses nouvelles connaissances. Et décide de créer en janvier 2008, la première école de pole dance du sud de la France. Mais elle continue sa formation auprès de grands performeurs comme Simon Heulle, Prana Ovide-Estienne, Marion Crampe, Manuela Carneiro, Jenyne Butterfly, Oona Kivela, Michelle Shimmy, Natasha Wang, Steven Retchlees, Marlo Fisken, Saulo Sarmiento, etc… qu’elle rencontre dans leurs studios respectifs à Paris, Milan, Las Vegas, Stockholm, Los Angeles, San Jose, Londres ou Sydney… ou qu'elle reçoit dans son école à Marseille.

Le succès aidant, elle ouvre en 2011, son propre studio de 90m² entièrement consacrés à la pole dance où elle y reçoit les plus grands champions internationaux comme Oona Kivela, Jenyne Butterfly, Marion Crampe, Edouard Doye, Manuela Carneiro, Michelle Shimmy, Natasha Wang, Saulo Sarmiento, Alex Shchukin… L’école reçoit régulièrement des élèves étrangères de grandes écoles nationales et internationales, pour des échanges entre passionnées. Elle reste encore aujourd’hui la seule école de pole dance des BDR.

Afin d’obtenir son diplôme d’Enseignant de pole dance reconnu et se différencier des autres écoles, elle intègre en 2011, la formation professionnelle auprès de la prestigieuse école Pole Dance Paris dont la directrice est Mariana Baum. Mariana et Jean-Baptiste sont les organisateurs de la Compétition Française de Pole Dance. Elle est aussi l’ambassadrice française de la PFA, et juge pour des nombreuses compétitions à l’internationale.

Elle essaie aujourd'hui, avec de nombreuses personnes en France et à l'étranger, de faire avancer cette discipline en faisant partie de la Délégation Française de Pole Sport en tant que Présidente de la commission Studio et Ecole, ainsi que Présidente de la commission PACA.

http://dfpolesports.org/delegation_francaise_pole_sports/60

 


Les fondements de la pole dance :

L’origine de la pole dance remonte aux premières années du 20ème siècle, aux temps où des troupes de forains sillonnaient le territoire canadien en proposant des spectacles divers aux habitants des régions traversées. Parmi ces troupes bigarrées et éclectiques, il était fréquent de trouver des danseuses de Hoochie-Coochie, une danse sensuelle aux accents érotiques développées en Amérique du Nord à partir de la Foire internationale de Chicago de 1893. Entre deux spectacles, une ou deux danseuses investissaient le petit chapiteau pour proposer un intermède sexy au public autour du mât central. Certaines danseuses intégrèrent ce grand poteau dans leurs shows de manière à donner à leurs mouvements de hanches un contenu plus érotiques. La Pole Dance était née !

Du striptease au pole dance :
La pratique est reprise dans les cabarets burlesques des années 50 où les danseuses commencent à s’effeuiller autour de la pole. Elle devient progressivement un accessoire incontournable du striptease qui connaît son apogée dans les années 70-80 dans les bars et les boîtes de nuits aux Etats-Unis et au Canada. Le phénomène gagne le reste du monde anglo-saxon et des clubs de pole striptease fleurissent un peu partout, du Royaume-Uni à l’Australie et à la Nouvelle Zélande.

Aux antipodes, la pole dance se démarque rapidement du striptease avec l’ouverture en Australie de nombreuses écoles marquées par une nette volonté de « déérotiser » la pratique et d’en faire un véritable sport. En quelques années, l’Australie devient ainsi le nouveau centre de la planète pole dance. La discipline y gagne ses lettres de noblesse et y devient une activité de sportive et artistique à part entière.Les australiennes, dès le plus jeune âge, s’inscrivent en masse aux leçons de pole dance comme d’autres se rendraient à des cours de danse ou de gym.

D’Australie, la pole dance-fitness, nouvelle discipline sportive va conquérir le monde à partir du début des années 2000. En 2003, le concours international Miss Pole Dance est organisé et dans la foulée, la World Pole Dance Federation (WPDF) est créée aux Pays-Bas afin d’effacer progressivement les lieux communs et les clichés sur une discipline toujours considérée comme « vulgaire ».